Carillon de la Basilique Saint Sernin de Toulouse (31)

 

  • Propriétaire : commune de Toulouse (31)

  • Nombre de cloches : 21 cloches

  • Fondeurs : Quenetre - Viguier - Louison - Lévêque - Pelegrin

  • Tessiture : 1 octave et demie

  • Type de clavier : régional, rustique

  • Association gérant l'instrument : paroisse de Saint Sernin

  • Historique :

                Le Carillon de Saint-Sernin a été réalisé en plusieurs tranches au cours du XIX° siècle. Au sortir de la Révolution Française, il ne restait plus que deux cloches : la « Sarnine » de 1675 et la « Mercédaire » du XIV° siècle.

                En 1809, trois cloches sont installées par le fondeur Viguier de Toulouse et le carillon s’est constitué progressivement par l’ajout successifs de cloches en 1858, 1869, et 1893 issues de la fonderie toulousaine Louison et gendres (Lévêque et Pelegrin), et l’installation d’un clavier rustique à larges touches de bois.

                Egalement, existe un « banc du sonneur » à côté du clavier, équipé de quatre pédales et de deux cordes qui permettent de faire les « sonneries à la toulousaine » dont la plus significative est la sonnerie du « Grand Taur » pour commémorer le supplice de Saint-Sernin.

                Toute l’installation était dans son état d’origine et a fonctionné tant bien que mal avec ses vieux fils de fer rouillé jusqu’en 2014, date à laquelle ils ont été remplacés par des fils inoxydables. Cette rénovation a été réalisée par des membres de « Carillons en Pays d’Oc » qui ont amélioré le clavier, rajouté une cloche récupérée sur place, et refait à neuf l’installation pour le banc du sonneur.

                Le clavier va du SOL grave au RÉ aigu, en chromatique, sauf le dernier dièse.

                Cinq cloches du carillon, dont certaines équipées d’un double battant, sont utilisées au banc du sonneur. La sixième, la « Mercédaire », n’est pas branché au clavier.

                Actuellement, toutes ces cloches sont en poste fixe, simplement tintées, mais autrefois, quatre d’entre elles étaient sonnées en volée tournante, ce qui permettait une sonnerie grandiose digne de ce prestigieux clocher.

                Quelques unes d’entre elles ont été électrifiées afin de sonner les heures et quarts d’heures. Le cantique « Ave Maria » de Lourdes se fait entendre partiellement aux quarts et en entier à l’heure. La sonnerie des offices consiste en des tintements imitant une fausse volée, le résultat sonore est bien pauvre…

  • Le(s) carillonneur(s) : s'adresser au curé

  • Animations régulières : sonneries pour les grandes fêtes et auditions du carillon (Nuit des Eglises, Journées du Patrimoine, 11 novembre, etc...)

  • Plus d'infoswww.basilique-saint-sernin.fr